POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 2 juillet 2017

France : un homme mis en examen pour vol de lance-roquettes et obus

Le ministère de la Défense est parti en laissant les Armées à la débandade 

Comment un homme de 23 ans a-t-il pu voler des armes de guerre ?

Résultat de recherche d'images pour "le drian Hollande"Chaque matin, la presse louait la compétence du chef des armées de Hollande et Jean-Yves Le Drian comptait donc bien conserver le ministère de la Défense, car les journaux ne peuvent pas se tromper. Pas plus que les entreprises commerciales de sondages.

Les états de services du septuagénaire breton ne sont pourtant pas glorieux.
En janvier 2017un militaire a pu sortir sans être le moins du monde être jamais contrôlé l'équivalent - en "pièces détachées" réparties dans quatre caisses - d'une dizaine d'armes - de poing principalement mais aussi plusieurs fusils d'assaut de type Famas, extrêmement dangereux - de l'un des sites militaires soi-disant les mieux surveillés de France ?
Ce militaire affecté au fret d'armes sur la base aérienne d'Istres a effectué en quatre jours l'ensemble des "soustractions [...] entre le 17 et le 20 septembre" selon les enquêteurs de la section de recherches de Marseille et ceux de la gendarmerie de l'air, cités par le procureur de Marseille. 

Au cours de ces quatre jours d'activité intense, le caporal-chef, prénommé David et âgé de 37 ans, a pu sortir, notamment dans un sac à dos, quatre caisses d'armes. "C'est dingue; il a agi sans la moindre précaution, s'étonne un proche de l'enquête, sans gants et sans cagoule, on le voit parfaitement sur les vidéos de surveillance".
Le caporal-chef aurait agi sur les instructions d'un acheteur qui lui aurait proposé quelques milliers d'euros en échange. Le commanditaire et les  armes étaient toujours dans la nature, quand le militaire et les trois autres suspects, dont une femme, ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un vol en bande organisée". Le sous-officier est également poursuivi pour "violation de consignes en état d'urgence par militaire". Les quatre ont été écroués.

Lire PaSiDupes :
Juillet 2015 - Vigipirate, alerte écarlate, mais vol massif d'explosifs sur une base militaire des Bouches-du-Rhône : Le Drian, le meilleur ministre possible de la Défense, selon Juppé
Dans la nuit du 6 au 7 juillet 2015, à la base militaire de Miramas (déjà ! et PS, mais marquée par deux dizaines d'années de gestion communiste), un ou plusieurs voleurs avaient réussi à s'introduire dans un dépôt de munitions et s'étaient emparé de 150 détonateurs, de grenades et de pains de plastic. Sous pression, l'ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait estimé que cette histoire était un "cocktail [sic] de responsabilité individuelle et d'une organisation collective largement perfectible"... Un audit avait pointé déjà plusieurs dysfonctionnements. Ce vol n'a toujours pas été élucidé par les gendarmes malgré des centaines [ça fait pas mal !] d'auditions pour tenter d'identifier les auteurs. Et le matériel circule toujours!
Août 2015 - Attaque d'un site du ministère de l'Intérieur à Pantin, Seine-Saint-Denis
Macron a muté aux Affaires étrangères le ministre des Armées aux pieds plats
Résultat de recherche d'images pour "le drian Hollande"

Le jeune voleur est un entrepreneur plein d'avenir auprès du président
Cette fois, ce sont plusieurs caisses d'obus et un lance-roquettes antichar qu'un homme a volé dans un train de marchandises qui convoyait ce matériel appartenant à l'armée.

Le vol a été commis au cours de la dernière semaine de juin, dans un train de marchandises qui traversait la France, entre la base de Miramas - commune connue pour accueillir l'établissement militaire principal des munitions de Provence - et celle de Brienne-le-Château - où se trouvent une base aérienne et un arsenal- , dans l'Aube, a précisé "une source proche du dossier". Sur le parcours, les agents de la Suge (la surveillance générale de la SNCF et non pas de l'armée) se rendent compte qu'un des wagons contenant de l'armement militaire a été ouvert, car les scellés en plombs ont été brisés. Quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d'obus dits flèches, qui sont conçus pour pénétrer les blindages, ont été volés.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les caisses n'étaient "ni plombées, ni sécurisées", a-t-elle ajouté. Au total, quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d'obus, capable de pénétrer des blindages, ont été volés, précise Le Parisien. 
"L'armée utilise des trains tout à fait ordinaires pour faire circuler ses armes d'un point à un autre, souligne une source proche de l'affaire. C'est d'ailleurs un problème de sécurité majeur que de telles armes soient finalement à la portée de n'importe quel malfaiteur un peu astucieux."
Pour l'heure, ce jeune chef d'entreprise dynamique (et "astucieux") a été mis en examen vendredi à Aix-en-Provence pour vol aggravé, détention et transport d'armes de guerre.
La version des faits présentée par Le Parisien se veut rassurante de l'opinion et flatteuse pour les services de police.
 "Mercredi, à 3 heures du matin, les enquêteurs, épaulés par le GIGN (groupe d'intervention de la gendarmerie nationale), pénètrent en force dans une maison de Miramas. Ils interpellent un suspect et retrouvent, dans le logement, les armes et les munitions volées. Le jeune suspect est placé en garde à vue à Marseille et passe aux aveux sous le feu des questions des enquêteurs. "Il s'agit d'un pilleur de trains, un peu spécialisé, qui a observé avec attention le rythme des convois de marchandise, précise la même source. Mais, jusqu'à présent, il s'était plutôt concentré sur le vol et la revente de matériel hi-fi."

Ce jeune talent serait ainsi passé du matériel hi-fi au lance-roquettes antichar, révélant un sens aigu de l'entreprise, hors plan de formation, susceptible de séduire les chasseurs de têtes de l'Elysée. 
L'état d'urgence est en vigueur depuis le 14 novembre 2015 en raison des risques d'attentats islamistes ; prorogé plusieurs fois, sa fin est actuellement prévue au 15 juillet 2017, mais, suite à l'attentat de Manchester, une nouvelle prorogation va être demandée qui prolongerait l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre 2017.
Résultat de recherche d'images pour "le drian Hollande"
Hommage national aux victimes des attentats de Paris, 
Cour d'Honneur de l'Hôtel national des Invalides,
 le 27 novembre 2015
"Cet incident a conduit la ministre des Armées à ordonner une enquête de commandement qui devra revoir les conditions de transport de munitions par voie ferrée et proposer des mesures, susceptibles d'être mises en oeuvre avec la SNCF, pour en renforcer la sécurisation", souligne-t-on samedi au cabinet de Florence Parly. Comme en 2015 et aussi en janvier 2017...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):